Dossiers
L’article complet au format pdf peut être téléchargé en bas de page. Le costume étant amené à évoluer, cet article sera mis à jour et enrichi au fur et à mesure. INTRODUCTION : La démarche Le but premier de ce costume était de créer un personnage ‘oriental’ au sens large du terme. Sans aucun a priori de lieu, contexte historique ou religieux, sans une véritable connaissance du sujet. Nos critères de recherche d’origine : Un personnage combattant Epoque de recherche : XIIème / XIIIème siècle (la période de prédilection de l’association) Zone géographique : non occidentale (moyen orient) Mais très vite nous nous sommes intéressés au contexte historique, (...)
Ghor Bey le Seldjoukide - part1
Ghor Bey le Seldjoukide - part2
Ghor Bey le Seldjoukide - part3
Ghor Bey le Seldjoukide - part4
Coupon : Environ 2m80 de laine bouillie ou de drap de laine. Pour les petits budgets : Pour bricoler rapidement une cape médiévale, on peut récupérer une vieille couverture unie d’un coloris pas trop voyant (type couverture militaire, voir également ches Emmaüs ou Grenoble Solidarité par exemple). La débarrasser éventuellement du biais synthétique si elle en a un Si elle est suffisamment grande, découper dedans le demi Sinon... conserver le rectangle, c’est mieux que rien ! (ce type de capes (...)
Patron pour Cape semi-circulaire (XIIIème siècle)
Le costume paysan et citadin, le costume noble, les étoffes et les couleurs, ... L’homme en plein travail porte souvent des vêtements assez proches de ceux des gaulois à l’époque romaine : une tunique sur des braies, une cape courte à capuchon. Les vêtements doivent être facilement adaptables et laisser une facilité de mouvements. Le costume paysan évolue peu entre le XIIIème siècle (époque des premiers écrits, documents et images réalistes) et le milieu du XVème siècle. Chez les hommes : Une chemise (chainse) et un caleçon de toile ou braies longues ou courtes, qui deviennent (...)
Le costume au Moyen Age
Les dimensions sont à adapter en fonction de vos mensurations ! Attention : toujours laver le tissus avant découpe au cas où il rétrecirait. * Pour une chemise de femme : Coupon : Environ 2m60 à 3m de lin beige, ecru, blanc etc... La forme obteue doit être "sac à patates", bien ample au niveau du boste. En cas de besoin, augmenter la hauteur des godets de côté, qui peuvent remonter jusque sous les bras. On peut ajouter, comme pour le modèle masculin, un amigaut au col, ce qui permet de rétrécir (...)
Patron chainse féminine
Patron chainse masculine
Patron pour la réalisation d’un surcot féminin du XIVème siècle, dit "portes de l’enfer" Le surcot dit "portes de l’enfer" est ainsi nommé car il dévoile les hanches de la damoiselle. Voici un petit tutoriel à télécharger pour la réalisation d’un surcot de ce modèle.
Quelques pistes pour créer votre costume médiéval, XIIIème siècle ou An mil (Viking). Avant de créer votre costume, il est conseillé de réfléchir au type de "rôle" que vous souhaitez tenir en animation : pour tenir le stand ou participer à des saynettes en non-combattant un costume civil (paysan, artisan, …) conviens très bien. Si vous souhaitez combattre, préférez un costume de…combattant ! On peut aussi introduire des nuances au sein de chaque catégorie - notamment en fonction de la classe sociale du personnage – au travers des couleurs et des matières utilisées. Pour un personnage (...)
Réalisation d’une cotte d’armes écartelée aux couleurs d’Excalibur Dauphiné S’agissant d’un costume destiné à être porté par différents membres de l’association, nous avons décidé rendre les cottes adaptables en taille. En conséquence, au lieu d’être cousus, les côtés sont équipés d’un laçage. D’autre part, nous avons réalisé deux séries de cottes, l’une en coupant les mesures coutures comprises, et l’autre en ajoutant 2cm pour coutures et ourlets.
Cotte d’armes écartelée
Ces chausses et braies étaient portées au XII et XIIIème siècles, et constituaient la base du costume masculins (sous-vêtements), toutes classes sociales confondues. A noter qu’il s’agissait ici de faire des chausses "taille unique" pour le stock de l’assocation. Les chaussent comportent habituellement des "pieds" (comme des chaussettes) ou des étriers. (prochainement : illustrations)
Patron Chausses et hauts-de-chausses
L’esclavine est une sorte de cape à capuche fermée sur l’avant (ce qui pourrait ressembler à un poncho moderne). Longue sur l’arrière afin de protéger le dos du froid, mais plus courte sur l’avant ce qui libère les bras afin de premettre les travaux manuels, l’esclavine est portée par les classes populaires au XIIIème siècle, notamment les paysans. (Prochainement : illustrations)
Patron d’Esclavine XIIIème siècle
Patron pour réaliser un petit sac trapèze à porter en bandoulière (très commode pour assiette, cuillère, verre ou appareil photo !)
Atelier danses médiévales Nous avons connaissance des danses du Moyen Age et de la Renaissance grâce à différents traités, notamment à partir du XVème siècle, le plus connu (et le plus complet) étant "l’Orchesographie - Dialogue de la dance et maniere de dancer", de Thoinot d’Arbeau (1589). Avant cette époque, nous n’avons qu’une vision approximative des danses pratiquées, à travers l’iconographie (miniatures, sculptures, fresques, tapisseries…) et quelques descriptions dans les poésies et les romans. Ce sont essentiellement les (...)
Article au format .pdf
Mais où donc était Grenoble au MÂ ? Dans quelle Province/Duché/Royaume/Empire ? ??? : les Allobroges (celtes) enlèvent l’Isère (ligure Iz-Ara = "cours d’eau dans la vallée creuse", même racine que pour les rivières Oise et Isar, latinisé en Isara) aux Ligures. De ??? à -125 : Confédération allobroge. Grenoble semble avoir été fondée par les Allobroges près d’un pont sur la rivière Isara, qui permet le passage de la Gaule à la Savoie (gaulois Sap-Wald = "pays des sapins", latinisé en Sapaudia). De -125 à -27 : République romaine, province de Gaule transalpine (que les romains (...)
Naissance de la linguistique historique Au XIXème siècle, des linguistes firent une découverte surprenante. Ils remarquèrent que les langues parlées en Europe, mais aussi en Iran et dans le nord de l’Inde, se ressemblaient beaucoup comparées aux autres langues, comme par exemples les langues sémitiques (arabe, hébreux). Ainsi, mère se dit mātā́ en sanskrit, mayr en arménien, mêtêr/mâtêr en ancien grec, motrë en albanais, mātĕr en latin, máthir en vieil irlandais, muoter en haut-allemand, móðr en vieux (...)
Contrairement à une idée reçue, la Gaule n’a pas toujours été peuplée de celtes. La région a vu arriver les premiers homo sapiens 40 000 ans auparavant, et depuis cette date, migrations et invasions se sont succédées. Les celtes, venant de la future germanie (le terme grec keltoï désigne à l’origine, vers -600, les peuples vivant au nord des Alpes) s’y installèrent tardivement, au IVème siècle avant J.-C., au cours d’une grande vague d’expansion qui les mena à l’est jusque dans les Bal­kans, où les grecs (...)
Auguste (Caius Octavius Thurinus, puis Caius Julius Cæsar Octavianus, enfin Imperator Cæsar Divi Filius Augustus), d’abord appelé Octave puis Octavien (63 - 14), premier empereur romain de 27 à 14, parlait le latin (source : General Libraries, University of Texas, Austin) La conquête de la Gaule par les romains se fit en deux temps. Au IIème siècle avant J.-C., le sud-est fut conquis et rapidement intégré dans l’empire, sous le nom de Gallia togata, littéralement « Gaule en toge », avant de devenir (...)
Lorsque se produisirent les grandes invasions (Völkerwanderungen en allemand, les « migrations des peuples »), aux IVème-Vème siècles, soit près de six siècles après la conquête romaine dans le cas de la Gaule septentrionale, le latin était devenu la langue maternelle de pratiquement tous les peuples de la partie occidentale de l’Empire romain, dont les gaulois, mais avec déjà des divergences notables suivant les régions. Ces divergences linguistiques ne firent ensuite que s’accentuer. D’autant plus que (...)
Dans l’extrême-ouest de l’Armorique, la lan­gue d’origine latine fut sup­plantée au IVème siècle par celle des bretons (langue celtique), originaires de l’île que l’on nomme aujourd’hui Grande-Bretagne, mais qui s’appelait simplement Bretagne à l’époque. Ces bretons, fuyant les envahisseurs angles et saxons, nommèrent leur nouveau pays « petite Bretagne ». Le breton n’a donc rien à voir avec le gaulois : comme son nom l’indique, il s’agit d’une langue bretonne, (...)
Hlodowig, alias Clovis, roi des francs de 488 à 511, parlait une langue germanique, le francique. Après la chute de l’Empire romain, les différents royaumes barbares rivaux entretenant peu de contacts culturels et commerciaux, les évolutions régionales se poursuivirent de plus belle, si bien qu’au VIIe siècle, le peuple ne parlait déjà plus latin, mais une lingua romana rustica, ou roman, une langue aux innombrables variations régionales. Notamment, la langue parlée dans le royaume franc, au nord de (...)
Le début de cette période, que l’on qualifie souvent de féodale, est caractérisé par un émiettement du territoire ; le roi n’exerce aucune autorité, tout se passe au niveau local. Le seul facteur d’unité était l’Eglise, latinophone, qui affermissait alors sont emprise sur l’Europe chrétienne. Le latin était alors la seule langue commune. En l’absence de la moindre centralisation, chaque ville, chaque village, développa un parler distinct (on recense environ 600 à 700 dialectes à cette époque). Ces langues (...)
Louis IX (1214/1215 - 1270), dit Saint Louis, roi de France de 1226 à 1270, parlait un francien littéraire, l’ancien français (source : Wikipedia/DP). En 1226, lorsque Louis IX (dit Saint Louis) monta sur le trône, la suprématie du francien était définitivement établie. Le francien était devenue la langue d’oïl dominante, et était connu dans les villes du sud. C’est cette langue dominante, répandue dans tout le pays, que l’on nomme l’ancien français. Au XIIIème siècle, apparurent les premières œuvres (...)
Bien sûr, de larges pans du répertoire musical, en particulier les plus éloignés de nous, demeurent inconnus à jamais. Faute de pouvoir être écrites sur le parchemin, les œuvres les plus anciennes se sont irrémédiablement perdues. Les chansons et musiques du moyen âge sont issues d’une tradition orale. La mémoire des troubadours n’étant pas infaillible, les chansons ont subi des transformations à travers le temps. De plus, l’interprète pouvait adapter la chanson à son goût, ou pour mieux plaire à son (...)
Présentation du projet d’animation au Versoud le 18/06/2011
Projet Versoud 2011
Présentation du projet d’animation au Versoud le 18/06/2011
Projet Jardin Médiéval - Versoud 2011
[ propulsé par Spip | plan | fil RSS | espace privé ]