Pour savoir où on met les pieds...
La période celtisante.
La période latinisante.
Les envahisseurs germanophones.
... qui n’a pas grand chose à voir avec le gaulois.
La période trilingue.
L’irrésistible progression d’un dialecte roman d’Ile de France.
Quand le francien devient l’ancien français.
La Gaule celtique (IVème – Ier siècle avant J.-C.)
JPG - 10.9 ko

Contrairement à une idée reçue, la Gaule n’a pas toujours été peuplée de celtes. La région a vu arriver les premiers homo sapiens 40 000 ans auparavant, et depuis cette date, migrations et invasions se sont succédées. Les celtes, venant de la future germanie (le terme grec keltoï désigne à l’origine, vers -600, les peuples vivant au nord des Alpes) s’y installèrent tardivement, au IVème siècle avant J.-C., au cours d’une grande vague d’expansion qui les mena à l’est jusque dans les Bal­kans, où les grecs leurs don­nè­rent un nom que nous connaissons bien : galatai, que les romains reprendront en galli.

Les gaulois vivaient en nombreuses com­munautés décentralisées et bel­liqueuses, dans la plus grande tradition in­do-européenne ; leurs langues de­vaient être nombreuses et diversifiées. Mais la culture gauloise n’a pas résisté à l’occupation romaine et sa langue, non-écrite et sans descendance, nous est inconnue. Seuls quelques documents tardifs nous sont parvenus, notamment un calendrier gravé sur une plaque de bronze, incomplet, et un fragment de dictionnaire gaulois-latin. Enfin, le latin s’est enrichi de quelques mots gaulois, en particulier dans le domaine de l’artisanat, dans lequel les celtes excellaient. On ne connaît au final qu’environ 150 mots gaulois, juste assez pour pouvoir affirmer que le gaulois est bien différent des autres langues celtes, comme le breton ou l’irlandais.

Page publiée le 26 mars 2006 par achille .
[ propulsé par Spip | plan | fil RSS | espace privé ]