Pour savoir où on met les pieds...
La période celtisante.
La période latinisante.
Les envahisseurs germanophones.
... qui n’a pas grand chose à voir avec le gaulois.
La période trilingue.
L’irrésistible progression d’un dialecte roman d’Ile de France.
Quand le francien devient l’ancien français.
La Gaule romaine (Ier siècle avant J.-C. – Vème siècle)
JPG - 11.1 ko
Auguste (Caius Octavius Thurinus, puis Caius Julius Cæsar Octavianus, enfin Imperator Cæsar Divi Filius Augustus), d’abord appelé Octave puis Octavien (63 - 14), premier empereur romain de 27 à 14, parlait le latin (source : General Libraries, University of Texas, Austin)

La conquête de la Gaule par les romains se fit en deux temps. Au IIème siècle avant J.-C., le sud-est fut conquis et rapidement intégré dans l’empire, sous le nom de Gallia togata, littéralement « Gaule en toge », avant de devenir la première province romaine hors d’Italie : la narbonaise. Le reste fut conquis au Ier siècle avant J.-C., sous le nom de Gallia comata, c’est-à-dire « Gaule chevelue » ou bracata (« Gaule en braies »), mais la pacification fut plus problématique que pour le sud, et la région demeura plus périphérique au yeux des romains.

Après la conquête romaine, la langue latine s’enracina peu à peu en Gaule, supplantant progressivement les langues gauloises. Bien sûr, ce n’était pas le latin classique, celui de Cicéron ou de César, mais un latin « vulgaire », celui des soldats et des marchands qui s’installèrent dans le pays. De plus, dans les marches de l’empire (île de Bretagne, pays basque), les autochtones bénéficiaient d’une large autonomie administrative et linguistique, si bien que la langue latine ne s’y est jamais enracinée.

Le latin, comme toute langue vivante, évolua ensuite différemment suivant les régions, si bien qu’on put progressivement observer des différences significatives. En particulier, le parler du nord de la Gaule, une province lointaine qui avait moins de contacts avec Rome, et où, à partir du IIIème siècle, mercenaires et colons germains se firent plus nombreux, se distinguait nettement du parler du sud, méditerranéen, romanisé depuis plus longtemps, où de nombreux colons romains s’étaient installés, et qui était resté plus proche du latin « standard », parlé dans le reste de l’empire.

Références

La langue latine

Page publiée le 26 mars 2006 par achille .
[ propulsé par Spip | plan | fil RSS | espace privé ]