12 septembre 2009 - Atelier teinture à chaud

Nous nous sommes retrouvés pendant 2 jours pour mener quelques expérimentations en matière de teinture à chaud, sous la direction de Feanrell.


Récolte des plantes :

Nous avons sélectionné :
- Du Rumex - Racine (ou Patience)

A froid, il avait donné du Rose, puis viré au Bleu pâle en séchant au soleil. A chaud, nous espèrions obtenir un Roux / Jaune.

JPG - 21.8 ko
Rumex
JPG - 13.3 ko
Rumex
JPG - 12.6 ko
Cueillette du Rumex

- Du Gaillet – Racine

De la même famille que la Garance, réputé donner des nuances de Rose / Rouge Gaillet blanc

- De la Bourdaine – Baies matures

Normalement, on obtient des couleurs froides, allant du Bleu violacé au Vert.

JPG - 27.2 ko
Bourdaine
JPG - 19.5 ko
Bourdaine

- De l’oignon – Pelures

Inratable pour obtenir des Jaunes et Orangés !

- De l’Aulne – Cônes matures

Nous espèrions obtenir à chaud une teinte brune/rousse, entre l’Ocre et le Caramel (A froid, la teinte obtenue devrait être verte). En ajoutant de l’oxyde, il parrait que l’on peut faire du Gris anthracite.

JPG - 19.4 ko
Aulne
JPG - 20.4 ko
Cônes Aulne femelle matures

Préparation des bains de Teinture :

La méthode de préparation des bains varie selon la plante utilisée.

- Pour les Rubiacées (Garance, Gaillet…) : Pour commencer, Les racines doivent être débarrassées de la terre et des feuilles. Piler la racine pour la réduire en poudre (nous avons testé le moulin à café… plus ou moins efficace sur racines mouillées !)

  • La théorie : Mettre la poudre dans de l’eau tiède pendant 24 à 48H, chauffer 2H, laisser pauser de nouveau 24 à 48H , filtrer.
  • La pratique : Après avoir pillé les racines, nous les avons simplement chauffées pendant 2H environ avant de les laisser reposer une nuit.

- Pour le Rumex, nettoyer les racines puis les hacher. Faire ensuite chauffer environ 2H dans de l’eau.

- Pour les Baies de Bourdaine, il convient de les écraser (le jus doit pouvoir s’échapper), puis de les laisser poser dans de l’eau (sans chauffer) avec un peu de jus de citron (environ 1 verre pour 5 litres d’eau) pendant 24 à 48H. Constatation : le bain mousse... vert ! Etrange...

- Pour l’Oignon, couper menu les pelures, chauffer dans de l’eau pendant 1H environ puis laisser poser 24H.

- Pour l’Aulne, piler les cônes grssièrement puis faire chauffer 2H environ.

NB : Les écorces et les racines ont besoin de chauffer plus longtemps que les feuilles et les plantes fraiches.


Bain de Mordançage :

Il rend la couleur plus facile à tenir, mais n’est pas totalement nécessaire pour les plantes très riches en tanin (Noyer, Chêne, Aulne...)et les lichens.

La méthode de mordançage varie suivant les fibres et les sels employés. Le plus commun est l’alun (utile car il ne modifie presque pas la couleur).

  • Pour la laine il faut dissoudre 10% du poids de la laine dans de l’eau froide, y plonger la laine et faire chauffer à 80° pendant 45mn. Sortir la laine et veiller à ce qu’elle reste humide avant de la plonger dans un bain de teinture. (Attention toutefois aux chocs thermiques qui risquent de faire feutrer la laine !) Cela peut être fait immédiatement (le bain de teinture doit alors être à la même température que la laine) ou bien on peut attendre qu’elle refroidisse pour la plonger dans un bain froid.
  • Pour la soie, elle doit être décreusée puis subir le même traitement que la laine à ceci près que la température ne doit pas excéder les 40° et qu’elle doit refroidir dans son bain de mordançage et y passer la nuit.
  • Pour le lin et les matières végétales, elles doivent être lavés à la lessive de cendres puis engallés (bain riche en tannins) avant d’être plongés dans un bain d’alun (20% du poids de la fibre) y bouillir 1h et y refroidir une nuit entière.

La Teinture :

Mettre les bains de teinture au feu avec la laine, porter le bain à 90° environ (avant le bouillon) et maintenir à température pendant 45mn à 1H. Pour le lin, les fibres à teindre peuvent être ajoutées après chauffe du bain (pas de risque de choc thermique). De même pour la Soie, mais la température de doit pas excéder 40°.

Sortir la laine du bain et la laisser refroidir progressivement avant rinçage (ou rincer à l’eau chaude). Les couleurs dégorgent.

Pour nuancer (=foncer) les teintes obtenues, on peut ajouter dans le bain un peu d’acétate de fer avant de retirer les étoffes et les fibres. Nuancer au fer est également une forme de mordançage. Il est obtenu en préparant à l’avance de la soupe de clous en plongeant des clous rouillés dans du vinaigre (acide acétique). Les sels de fer réagissent avec les tannins contenus en plus ou moins grande quantité dans les plantes en les noircissant, ce qui a pour effet d’assombrir (éteindre) la couleur. On peut aussi mordre au sulfate de cuivre qui tend à verdir les jaunes.

Nous avons tenté l’expérience avec la bourdaine, le resultat est spectaculaire !

JPG - 146.5 ko
Echevaux de laine
Echevaux de Laine du commerce, de gauche à droite : bourdaine avec puis sans acétate de fer, rumex, aulne, oignon, gaillet.
JPG - 131.8 ko
Teinture
De gauche à droite : lin, soie, laine brute, laine tissée de couleur bise à l’origine, laine du commerce (et quelques échantillons filés main) De haut en bas : racines de gaillet blanc, baies de bourdaine, cônes d’aulne, pelures d’oignon et racines de Rumex.
Page publiée le 15 septembre 2009 par nailo .
[ propulsé par Spip | plan | fil RSS | espace privé ]