Notre pratique du combat médiéval

Notre pratique du combat médiéval consiste non pas à trouver le moyen de prendre le dessus sur un adversaire, mais plutot à faire une sorte de danse martiale avec un voire plusieurs partenaires. Pour l’instant la pratique est axée sur le maniement de l’épée dite "une main et demie" ou "batarde", qui permet un maniement à 2 mains tout en restant relativement légère et donc plus facile à controler pour le débutant. D’autres pratiques sont possibles : le baton, mais aussi épée et bouclier (instruction prévue pour démarrer en septembre 2006).

Le style est inspiré plus de l’école germanique d’escrime que de la francaise ou l’espagnole qui sont en fait les fondements de l’escrime moderne.

Ceci a été défini il y a une vingtaine d’années par la compagnie excalibur rhone. L’élément fondamental est une technique très codifiée qui permet un combat très réaliste tout en garantissant une très bonne sécurité pour les combattants.

Les composantes de cette technique sont au nombre de 3 :
- la frappe confiance : qui consiste pour un combattant à interrompre sa frappe avant d’entrer en contat avec son partenaire et ce à tout moment, sans avertissement. L’acquisition de ce fondamental est assez longue et pour cette raison les débutants ne sont pas autorisés à utiliser des épées en métal avant au minimum un semestre d’assiduité. Cette technique garantit une grande sécurite y compris en l’absence de protection pour le corps (armure ou casque).

- une codification des postures et des mouvements de base : chaque passe d’arme est une sequence de 3 temps : un temps d’armement pendant lequel l’attaquant prepare sa frappe et annonce ainsi par sa posture a son partenaire ce qu’il va faire, un temps de déplacement et enfin une frappe (toujours en confiance). Le partenaire defenseur recoit donc l’annonce de l’attaquant pdt l’armement, se deplace en fonction en meme temps que l’attaquant et presente sa defense au moment de la frappe. Un combat est un enchainement de séquences de ce type, ce qui permet le "combat libre" (improvisé) aussi bien que chorégraphié (tel que le pratiquent les cascadeurs de cinema). Excalibur dauphiné privilégie le combat libre. Bien évidemment, le ryhtme de combat est (très légèrement) ralenti par la phase d’annonce, néanmoins la maitrise de la fluidité des enchainements et la rapidité d’exécution sont un objectif de 2e année.

- une préparation physique. Echauffement et renforcement musculaire sont nécessaires à une bonne pratique car une epee batarde pese de 2 a 2.5 kg et doit etre brutalement projetee et retenue au besoin. Une bonne condition physique est necessaire pour d’une part pour controler correctement l’engin et d’autre part pour ne pas se blesser soi meme en faisant un faux mouvement. Typiquement cette partie de preparation physique prend de 45 minutes a une heure sur une seance de 2h, mais reste accessible a tous, l’intensité augmentant progressivement au fur et a mesure de l’année. Pour des raisons légales un certificat medical d’aptitude au sport est necessaire pour participer aux activités de combat d’excalibur dauphiné.

Page publiée le 1er février 2006 par Philoo .
[ propulsé par Spip | plan | fil RSS | espace privé ]